Arrière

« Quand les trouvailles culinaires chinoises rencontrent les alsaciens ».

Mais de quoi ils parlent ?

Peut-être qu’en lisant le titre de cet article vous vous êtes demandé à quoi nous pouvions bien faire référence. Car à première vue on ne voit pas du tout le rapport entre une bonne vieille choucroute alsacienne et les découvertes qu’ont pu faire les chinois en matière culinaire. Oui c’est bien vrai mais ce n’est qu’à première vue.

Parce que la choucroute a un sacré passé derrière elle. Elle n’est pas née de la dernière pluie mais elle n’est peut-être pas née non plus là où vous le pensez. Mais ne vous inquiétez pas, nous allons vous en dire plus sur la choucroute, son origine et cette histoire de lien avec la Chine.

Ce sont les chinois qui ont eu l’idée de mettre du vin dans la choucroute ? Un alsacien a été voler la recette de la choucroute en Chine ?

Non ce n’est pas ça, mais soyez patient chers lecteurs avides de découvertes, vous allez tout savoir sur la choucroute !

Amoureux de la choucroute, vous allez être surpris !

Commençons tout d’abord par les bases. La choucroute garnie, la vraie, celle que l’on peut découvrir dans les livres de recettes de mamies alsaciennes se compose de choucroute crue, de lard, de saucisses de Montbéliard, de saucisses de Strasbourg, de pommes de terre, d’oignons, d’épices et de vin blanc Riesling.

Pas de nouilles sautées, de tofu ou de sauce aigre douce en vue pour le moment.

Mais l’histoire de la Chine est pour beaucoup dans la création de la choucroute alsacienne traditionnelle. Parce que ce n’est pas dans le nord-est de la France que la recette du chou fermenté a vu le jour mais bien dans cette partie du monde.

Pour retrouver les premières traces de chou fermenté il faut retourner à l’époque de la construction de la muraille de Chine. Les plus pointus en Histoire nous diront que l’on est un peu large en parlant de « l’époque de la construction de la muraille de Chine » puisqu’il a fallu des siècles pour construire le plus grand édifice érigé par l’homme (un édifice s’étendant sur 20 000 kilomètres seulement).

Alors soyons plus précis ! La découverte du chou fermenté remonte au 3ème siècle avant Jésus Christ quand les ouvriers chargés de la construction de la muraille de Chine ont dû fuir le chantier, sous peine de mourir de froid tellement les températures étaient rudes pendant un hiver. Lorsqu’ils sont revenus sur les lieux quand les températures furent plus clémentes, ils découvrirent que le chou laissé sur place avait fermenté.

Et oui la recette de la choucroute, tout comme celle de la tarte tatin, a vu le jour par hasard !

Suite à cette découverte, le chou fermenté est ainsi devenu un plat particulièrement apprécié des travailleurs chinois car il leur procurait une bonne dose de vitamine C.

Ce n’est que par la suite qu’il a fait son apparition dans nos contrées. Au 5ème siècle, après avoir mené bataille en Chine, les Huns, les Mongols et les Tatars se sont attaqués à l’Europe, emmenant avec eux la recette du chou fermenté.

Les alsaciens se sont à leur tour attribués cette recette qu’ils ont agrémenté de charcuterie au 16ème siècle. C’est ainsi que l’on se régale encore au 21ème siècle de cette découverte qui a vu le jour au cœur de l’Asie il y a des millénaires.

A lire aussi : Zoom sur les spécialités culinaires bretonnes, véritables symboles de la région

Et si on allait se manger une bonne choucroute alsacienne ?

Où manger une succulente choucroute traditionnelle ailleurs qu’en Alsace ? Bien sûr les brasseries parisiennes sont réputées pour servir elles aussi de très bonnes choucroutes mais la palme d’or de la choucroute revient sans aucun doute aux choucroutes réalisées sur la terre de leurs ancêtres (pas leurs ancêtres chinois, mais ceux qui ont eu l’idée d’ajouter de la charcuterie au chou fermenté).

Alors on se prévoit un week-end en Alsace pour aller se délecter d’une bonne choucroute au pied de la splendide cathédrale de Strasbourg.

 

C’est parti, direction l’Alsace !

Explorez nos univers