Arrière

Plus bio que le vin biologique, plus naturel que le vin conventionnel, le vin naturel se fraye petit à petit un chemin dans le marché de l’œnologie en France.

Cette pratique visant à produire un vin le plus naturel possible conquiert de plus en plus de domaines viticoles qui y voient une belle manière de faire un nectar de qualité tout en étant plus respectueux de l’environnement. Plus qu’une façon de produire le vin, c’est aussi et surtout une philosophie.

Mais si tout amateur de blancs, de rouges ou de rosés a un jour entendu parler du vin nature, il ne sait pas forcément ce qui se cache derrière ce type de boisson, ni ce que cela implique comme changements dans la manière de les produire.

Alors, avant de déguster un bon vin naturel, faisons ensemble un petit tour de la question pour muscler nos connaissances œnologiques !

A la découverte du vin

Zoom sur les vins naturels :

Méthode de fabrication :

Le vin naturel est produit en suivant certaines étapes qui visent à conserver au maximum les qualités naturelles du raisin sans le dénaturer voire même le modifier avec des éléments extérieurs. Pour ce faire, les vignerons procèdent par étapes.

Les 4 éléments inhérents à la fabrication d’un vin naturel :

  • Avoir une vigne cultivée en biodynamie ou de manière biologique
  • Réaliser les vendanges à la main
  • Utiliser uniquement des levures indigènes (naturellement présentes sur le raisin) lors de la fermentation alcoolique
  • Bannir les intrants lors de la vinification, à part l’ajout d’un peu de soufre (sulfite) si cela est vraiment nécessaire

Quelles différences entre un vin conventionnel et un vin naturel ?

Si les vins naturels prennent de plus en plus d’importance, au détriment des vins conventionnels, c’est notamment parce que la philosophie des vignerons et leur manière d’appréhender la vigne et le vin ont évolué au cours des dernières décennies.

Voyons voir ce qui différencie leur manière de produire du vin ?

Pour produire du vin, il faut des vignes. Mais les vignes produisant du vin naturel sont bien différentes des celles produisant du vin conventionnel. Dans la production de vin conventionnel, l’utilisation de pesticides est tolérée pour permettre aux viticulteurs d’accroître le rendement de leurs vignes et de combattre l’apparition de certaines maladies auxquelles la vigne est sujette.

Dans le cas d’une vigne produisant du vin nature, l’utilisation de pesticides est interdite. Celle-ci est alors gérée de manière à n’utiliser que des produits naturels (préparations à base de plantes, etc.) pour qu’aucun produit phytosanitaire n’entre dans la vigne.

2ème différence majeure : les vendanges

Les machines ont été inventées pour se substituer à l’homme et lui faire gagner du temps. Dans une optique d’optimisation du rendement, les viticulteurs ont recours à l’utilisation de machines, en l’occurrence des tracteurs, pour vendanger.

Si les tracteurs sont de plus en plus performants et qu’ils permettent un gain de temps considérable, les vignerons travaillant en vin naturel, ont décidé de réaliser leurs vendanges à la main pour choisir les grappes avec attention et ne pas risquer d’abîmer la vigne. Récoltés dans des caissettes et triés pour ôter les grains abimés, les insectes ou les feuilles, les raisins alors utilisés pour la fabrication du vin naturel sont les meilleurs de la vigne.

Ces deux manières de vendanger, entre vin nature et conventionnel, est une différence majeure entre les deux types de production.

A découvrir : Atelier Initiation et Dégustation Vin Biologique en Domaine Viticole

Vinification et élevage

Après la culture de la vigne et la méthode utilisée pour vendanger, voyons comment la vinification et l’élevage du vin divergent entre ces deux types de production.

Si le vigneron dit conventionnel a recours à l’utilisation de levures chimiques pour modifier les propriétés de son vin, le producteur de vin nature n’influera sur sa production qu’avec les levures indigènes naturellement présentes dans le raisin. Cela ne lui permet pas de modifier grandement son vin, mais lui garantit une cuvée aussi naturelle que possible.

Il en est de même pour l’élevage, l’étape durant laquelle le vigneron produisant du vin naturel n’ajoutera du souffre que si cela est vraiment nécessaire pour stabiliser le vin. Là aussi, cela le différencie du vin conventionnel pour lequel l’ajout de souffre (sulfite) est bien plus systématique et où une large quantité d’autres produits peuvent être utilisés (comme les agents d’acidification, les copeaux de bois, etc.)

A lire aussi : Top 5 des plus belles routes des vins de France

Deux vins, deux visions

Si chaque vin a sa particularité et chaque viticulteur a sa signature, les vins naturels ont tendance à être davantage marqués par leur terroir puisque leur goût ne peut pas être autant homogénéisé qu’un vin dit conventionnel dont les propriétés gustatives pourront être modifiées grâce au travail du vigneron.

Cela ne veut pas dire qu’un type de vin est meilleur que l’autre, cela signifie simplement que chacun est libre de choisir le vin qu’il aime déguster en fonction de ses goûts et de ses envies, et dans l’œnologie comme en gastronomie c’est certainement cela le plus important n’est-ce pas ?

Explorez nos univers